Département « Politique criminelle »

Les missions du Département « Politique criminelle » ont été définies avec le Gouvernement wallon et le Conseil supérieur Wallon de la Sécurité routière (CSWSR) afin de répondre aux recommandations et à la proposition de plan d’actions de ce Conseil et, dès lors, de diminuer de moitié le nombre de tués sur nos routes d’ici 2020. Le Collège des Procureurs généraux, la Police fédérale, la Commission permanente de la Police locale, l’Union des Villes et Communes de Wallonie, le Service public de Wallonie, l’IBSR, et bien d’autres… sont membres de ce Conseil.

Une amélioration des comportements des usagers est possible moyennant une politique de sensibilisation combinée à une politique de contrôle et de sanction menées de manière coordonnée. La politique de sensibilisation est indispensable pour contribuer à l’acceptabilité sociale des contrôles et des sanctions.

Le Département « Politique criminelle » de l’AWSR est dès lors chargé de : 

  • Recueillir les informations et les données relatives tant aux actions répressives que préventives qu’aux suites qui leur sont données, afin d’objectiver la politique criminelle de sécurité routière menée actuellement en Wallonie et de disposer ainsi d’une image claire de toute la chaîne « contrôles, poursuites et sanctions » ;
  • Analyser et remettre des avis sur le plan national de sécurité, sur  le volet « sécurité routière » des plans zonaux de sécurité, et sur les actions réellement entreprises dans une optique d’échange de bonne pratiques. L’AWSR organise en collaboration avec le Centrex  des conférences ou des ateliers sur certaines thématiques ;
  • Conseiller la Direction générale des Routes (DGO1) du Service public de Wallonie dans le cadre de ses compétences quant aux infractions régionalisées et à leur suivi. Par ailleurs, le Département « Politique criminelle » émet des suggestions dans le cadre des procédures pour les amendes administratives et l’extension éventuelle des infractions pouvant être sanctionnées par des amendes administratives ;
  • Contribuer à l’optimalisation de la politique de contrôle/sanction en Wallonie par une coordination de la sensibilisation avec les actions policières.