Police Fédérale

   

Cette Police fédérale contrôle principalement sur les autoroutes mais aussi sur quelques tronçons de routes régionales dites « routes assimilées » . Leurs véhicules sont facilement identifiables avec des bandes strippées oranges mais ils disposent également de véhicules de patrouille anonymes et de motos. Ce sont près de 500 véhicules qui sont à disposition de la Police de la Route sur tout le territoire national.

 

Ses priorités en sécurité routière :

  • Vitesse excessive et inadaptée

La Police de la Route utilise des radars mobiles montés sur véhicules (36) et sur trépieds (41) ainsi que des radars fixes (94) dont les supports (pylônes, boîtiers, …) et les connections sont mis à disposition par les gestionnaires de voiries. Ces derniers ont également installé des systèmes de contrôle de vitesse basés sur la vitesse moyenne nécessaire pour parcourir la distance entre deux points fixes = « radar tronçon ». Les infractions enregistrées par tous ces appareils sont envoyées auprès des centres régionaux de traitement de la Police de la Route

  

  • Alcool et drogues

En vue de répondre aux attentes des autorités concernant le nombre de contrôles alcoolémie à réaliser (minimum 240.000 souffles/an), la Police de la Route dispose d'appareils de test et d'analyse de l'haleine. Afin de lutter de manière efficace contre la conduite sous influence de produits stupéfiants, phénomène social grandissant, elle dispose également de tests salivaires et son personnel a été formé à l'utilisation de cet appareillage.

    

  • Port de la ceinture de sécurité

Les actions menées dans ce cadre ne sont pas uniquement liées à la répression mais couvrent également le volet préventif au travers de l'utilisation de la voiture tonneau des cellules d'éducation et de prévention (CEP) ainsi que des conseils prodigués par leur personnel de terrain.

  • Poids lourds

Un des facteurs aggravant les lésions corporelles lors des accidents de la circulation est l'implication de poids lourds. Une des causes possibles de ces accidents est le non-respect des distances de sécurité minimales. Pour constater ces infractions, chaque section technique provinciale dispose d'un système de contrôle inter-distance.

Il s'agit d'un procédé avec système de caméras qui permet de contrôler le respect des distances de sécurité sur autoroutes. Ce procédé est utilisé par l'ensemble des unités de la Police de la Route et est accepté par les Parquets. Les contestations sont rares et les images fournies par la vidéo prouvent toujours le bienfondé de la verbalisation.

Ce système fonctionne de la manière suivante : deux caméras sont installées sur un pont et sont reliées à deux enregistreurs qui se trouvent dans un véhicule de la police où des agents suivent les images sur les moniteurs. La première caméra filme l'immatriculation des poids lourds. La seconde filme l'infraction. Cette installation sert à mesurer la distance minimum légale de 50 mètres entre deux poids lourds en dehors des agglomérations et donc aussi sur autoroutes.

En vue de détecter plus facilement les fraudes relatives à l'usage du tachygraphe (le non-respect des temps de conduite et de repos), chaque poste de circulation dispose d'un cinémo­mètre laser et d'un logiciel performant pour analyser les données du tachygraphe. Le cinémomètre est un appareil permettant de cibler très facilement et rapidement les véhicules circulant au-delà des 90 km/h prescrits quelles que soient les conditions climatiques à l'exception du brouillard.