Tout dépend de la situation… S’il est possible de ne pas avoir recours à un avocat, son assistance peut s’avérer utile voire indispensable dans certains cas.

Vous pouvez également demander conseil auprès d’un avocat, le temps d’une consultation, sans pour autant le mandater pour vous représenter en justice ou dans les contacts avec la partie adverse et/ou son assureur.

N’importe quand, en fonction de vos besoins. L’avocat peut être consulté peu de temps après l’accident, avant une audience, au moment de la réclamation du dommage…

La première question à vous poser est de savoir si vous disposez d’une assurance protection juridique pouvant jouer dans votre situation. Dans l’affirmative et tel que mentionné ci-dessus, cette assurance commencera par gérer elle-même votre dossier. Si la procédure se complexifie, elle vous autorisera à consulter un avocat de votre choix et prendra en charge les frais de défense (honoraires d’avocat, médecin-conseil, expert automobile). Si vous prenez la décision de consulter un avocat sans cet accord préalable, votre assurance protection juridique pourrait refuser le paiement des honoraires réclamés.

Sinon, vérifiez si vous êtes dans les conditions pour bénéficier de l’assistance gratuite (ou partiellement gratuite) d’un avocat grâce à l’aide juridique (= anciennement pro deo).

Plus d’informations ici

Le domaine du droit étant particulièrement vaste, l’idéal est de consulter un avocat qui maîtrise la matière pour laquelle vous le consultez (roulage, assurances, réparation du dommage corporel…).

N’hésitez pas à consulter www.avocats.be qui comprend un répertoire des avocats et leurs matières préférentielles. Vous pouvez également interroger votre assureur protection juridique qui vous suggérera (mais ne peut imposer) quelques noms d’avocats spécialisés.