Quelques chiffres

25%
On estime que la distraction joue un rôle dans 5 à 25% des accidents de la route.
50%
Selon plusieurs études, les automobilistes passent environ de 25% à 50% de leur temps de conduite à des activités détournant l’attention.
1/3
1/3 des automobilistes wallons déclarent manipuler leur GSM régulièrement lorsqu’ils sont au volant.
14
14 mètres sont parcourus en une seconde lorsque l’on roule à 50 km/h. 33 mètres à 120 km/h. Quelques secondes d’inattention correspondent donc à des dizaines de mètres parcourus à l’aveugle.
x10
Vous risquez 6 à 10 fois plus d’avoir un accident lorsque vous lisez ou écrivez un message au volant. Téléphoner vous expose déjà à un risque multiplié par 3.
5%
5% des piétons wallons avouent utiliser souvent leur téléphone au moment de traverser la route. 39 % supplémentaires ont ce comportement de façon occasionnelle.

En bref

Aujourd’hui, la distraction au volant est plus que présente dans notre quotidien et il n’est pas rare de voir des conducteurs boire, manger, téléphoner au volant… De nombreuses situations rentrent d’ailleurs dans la définition de la distraction, que ces situations soient internes au véhicule (parler aux passagers, écouter la radio, manipuler des objets, manger, encoder une destination sur son GPS…) ou externes (regarder des panneaux de publicité, observer le paysage, réfléchir…).

Par définition, la distraction est un glissement de votre attention vers une activité autre que celles nécessaires à la conduite. Vous pouvez être distrait.e de 4 manières :

  1. La distraction visuelle : vous quittez la route des yeux pour une tâche annexe non liée à la conduite.
  2. La distraction cognitive : vous avez l’esprit occupé à autre chose qu’à la situation de conduite et à l’analyse des conditions de circulation.
  3. La distraction physique : vous lâchez le volant pour manipuler des objets non nécessaires à la conduite.
  4. La distraction auditive : vous êtes distrait.e de votre tâche de conduite ou vous ne pouvez pas entendre les bruits de la circulation à cause d’autres signaux auditifs.

Une même activité peut être à l’origine de plusieurs formes de distraction, par exemple, la manipulation du téléphone au volant est particulièrement dangereuse, car elle regroupe les 4 types de distraction.

Woman Calling For Assistance On Smart Phone While Driving Vehicle

Ne vous laissez pas distraire

Par un appel ou un message

Le téléphone portable est une des plus grandes sources de distraction au volant. 1/3 des automobilistes wallons déclarent manipuler leur GSM régulièrement lorsqu’ils sont au volant.

Pour rédiger ou lire un message, vous quittez la route des yeux pendant plusieurs secondes. Durant cette période, de nombreux mètres sont parcourus à l’aveugle.

Lorsque vous marchez en rue

Le problème de la distraction vous concerne aussi quand vous vous déplacez à pied ! En particulier si vous téléphonez en marchant.  Vous prenez alors plus de risques en traversant, mais prenez aussi plus de temps pour assimiler tous les dangers de votre environnement.

À vélo

Vous arrive-t-il, comme 14% des cyclistes wallons, d’envoyer des messages en roulant ? Sachez que téléphoner ou envoyer des messages en roulant allonge votre temps de réaction et rétrécit votre champ de vision. Cela vous pousse également à vous éloigner du trottoir et à rouler plus au centre de la chaussée.

Risques et dangers

Comment la distraction affecte votre conduite ?

  • Vous réagissez moins vite :  téléphoner au volant allonge votre temps de réaction de 20 à 40%, passant d’une seconde à plusieurs secondes, augmentant ainsi votre distance d’arrêt.

  • Votre perception est impactée : votre champ de vision se rétrécit, car vous avez tendance à ne regarder que devant vous et à vérifier moins souvent votre compteur ou vos rétroviseurs. Résultat : vous repérez moins rapidement les changements qui surviennent dans la circulation et manquez toute une série d’informations.
  • Votre maîtrise du véhicule diminue : vous déviez de votre trajectoire, vous freinez sans raison, vous sortez de votre bande, vous avez du mal à maintenir votre vitesse constante, etc.

Tous ces éléments vous font prendre des risques et mettent en danger les autres usagers.

Distraction Distance

Que dit la loi ?

À propos du téléphone

En Belgique, conduire avec le téléphone en main est explicitement interdit par l’article 8.4 du Code de la route depuis le 1er juillet 2000. Utiliser son téléphone comme GPS ne peut se faire que si celui-ci se trouve dans un support prévu à cet effet et que le conducteur ne manipule pas le téléphone pendant la conduite. Il est également interdit d’utiliser votre téléphone lorsque vous êtes à l’arrêt dans les bouchons !

Pour les piétons, utiliser son téléphone en traversant n’est pas explicitement interdit par le Code de la route, mais peut être sanctionné si cela conduit à une mise en danger.

À propos des autres sources de distraction

D’autres formes de distraction comme manger, se maquiller ou lire le journal peuvent également être sanctionnées sur base de l’article 8.3 du Code de la route : « Tout conducteur doit être en état de conduire, présenter les qualités physiques requises et posséder les connaissances et l’habileté nécessaires. Il doit être constamment en mesure d’effectuer toutes les manœuvres qui lui incombent et doit avoir constamment le contrôle du véhicule ou des animaux qu’il conduit. »

Pour les cyclistes

Pour la loi belge, les cyclistes conduisent un « véhicule » et sont donc soumis aux mêmes règles que les automobilistes. Il est donc également interdit de téléphoner à vélo en tenant son GSM à la main. La loi n’interdit par contre pas de porter des écouteurs à vélo.

Amendes et autres sanctions

Utiliser un téléphone portable en conduisant sans kit mains-libres est une infraction du deuxième degré et vous expose à une perception immédiate de 116 €. Cela vaut également pour l’utilisation du téléphone à vélo.

Money With Judge

Bon à savoir

  • Mettez votre téléphone en mode silencieux, en mode avion ou activez le mode « ne pas déranger ». Rangez-le loin de vous.
  • Si vous êtes accompagné.e, confiez votre téléphone à votre passager pour qu’il s’occupe de vos appels et SMS.
  • Programmez un SMS de réponse automatique et personnalisée avant de prendre le volant :
    • Sous Android, allez dans Paramètres > Messages > Réponses rapides et rajoutez un message ou dans Paramètres > Appels > Rejet de l’appel > Refuser les appels en envoyant des messages et sélectionnez Messages de rejet. Vous pouvez personnaliser les messages existants ou en ajouter un nouveau.
    • Sous iOS (iPhone), activez le Mode « Ne pas déranger en voiture »
  • Vous devez lire ou rédiger un message ? Garez-vous dans un endroit sécurisé.
  • Votre interlocuteur vous indique être au volant ? Arrêtez la conversation et convenez d’un moment pour vous appeler.
  • Téléphoner et conduire sont deux tâches réclamant chacune de la concentration. Lorsque vous faites les deux en même temps, votre cerveau passe constamment de l’une à l’autre. Du coup, sans que vous en ayez conscience, aucune de ces activités n’est bien menée ! Saviez-vous que l’on enregistre entre 30 et 50% d’infos en moins sur la route quand on téléphone ?
  • De plus en plus présent dans l’équipement de base des véhicules, le kit mains-libres permet de téléphoner, mais ne constitue pas une solution miracle. La distraction physique est certes diminuée, mais la distraction cognitive est tout aussi importante. Votre esprit visualise inconsciemment votre interlocuteur, son environnement…

Parler avec vos passagers est en effet source de distraction, mais celle-ci est moindre en comparaison à une conversation téléphonique.

La raison est simple : vos passagers sont avec vous dans la voiture et peuvent donc s’interrompre lorsque les conditions de conduite demandent plus d’attention. Ils sont également attentifs à ce qui se passe sur la route et peuvent vous avertir d’un danger potentiel ou imminent.

Emissions Contacts

Distraction

Laissez les distractions de côté !

Distraction

Gare à la distraction